Jeunesse et comportements à risque

Photo à titre illustratif

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays pauvres du monde dispose d’une population majoritairement jeune. Dans ces pays, la jeunesse rime avec IST/MST, SIDA, grossesse précoce, alcool, drogue pourtant cette jeunesse devrait constituer un socle de développement si elle est encadrée et éduquée. Au Burkina Faso, il y a une crise des valeurs entrainant les jeunes à adopter des comportements à risque, aux conséquences des fois quasi irrémédiables. Ils sont en manque de repère et cela constitue un véritable danger pour notre pays, l’avenir repose sur les générations futures. Par conséquent, il est légitime de décliner les origines de ces comportements déviants, dégager les responsabilités, faire un état des lieux des stratégies adoptés et proposer des pistes de solutions.

La jeunesse de notre population se présente comme un couteau à double tranchant. En effet, bien encadré, elle constituerait notre moteur de développement au cas échéant elle pourrait devenir un frein. De nos jours, les jeunes n’ont plus de modèles à l’instar de Nelson Mandela, Gandhi, Thomas Sankara dont ils s’inspiraient pour bâtir leurs projets; ces modèles constituaient des exemples et leur permettaient de s’évaluer et auxquels ils s’identifiaient.

Tout cela est révolu, le sexe a pris une place prépondérante dans les habitudes de notre jeunesse au point où il est banalisé, il fait partie des produits de grande consommation, l’abstinence et la virginité sont démodés, déphasés si bien que ceux qui optent pour cela font l’objet de moqueries. Dans les familles, le sexe est un sujet tabou, personne n’en parle au point où les jeunes s’informent au travers de leurs amis et entourages ou sur internet, là aussi ils sont exposés à la pornographie avec son lot d’images et de scènes choquantes. Les parents du fait des horaires des occupations professionnelles et autres contraintes de la vie n’ont plus assez de temps à consacrer aux enfants, ces derniers sont livrés à eux-mêmes et passent le clair de leur temps devant la télé dont les programmes sont de plus en plus sexualisés et faisant l’apologie de l’alcool et du tabac (vidéo, clips, chansons). Dans le programme scolaire, l’absence des cours d’éducation civique et morale y est aussi pour quelque chose. Le manque ou la méconnaissance des centres d’écoute des jeunes peut expliquer en partie cette tendance à la hausse des comportements à risque chez les jeunes. Cela n’est pas sans conséquences ; En effet, ces comportements les conduisent à la prostitution aux grossesses précoces, à l’avortement, la délinquance, le banditisme, le vol, l’alcoolisme, les maladies sexuellement transmissibles, la déscolarisation et les abus de tout genre. Mais que fait la société pour résoudre ce phénomène de plus en plus inquiétant ?

La jeunesse représente l’avenir de notre pays, il est donc impératif pour tout le monde de se battre pour lui créer les conditions afin de pouvoir nous assurer une bonne relève. L’Etat de concert avec les ONG et associations, à travers différents projets et programmes tentent de se rapprocher des jeunes en organisant des campagnes de sensibilisation, des théâtres-fora, des spots publicitaires, des jeux radiophoniques, des séances de sensibilisation sur le port du préservatif et à l’utilisation des méthodes contraceptives. Il faut préciser que les dernières données publiées par Plan Burkina (2016) montrent que la situation s’est beaucoup améliorée concernant la santé sexuelle et reproductive des jeunes par rapport à la décennie précédente. Cela est encourageant mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Beaucoup de choses restent à faire car c’est un combat de longue haleine, les zones rurales sont souvent difficiles d’accès du fait de l’état des routes, et la persistance de certains pesanteurs socio-culturels. Il est plus aisé de parler de santé sexuelle et reproductive des jeunes en ville qu’en milieu rural et cela tend à ralentir le travail des agents sur le terrain. De plus, les communautés coutumières et religieuses ne jouent pas toujours pleinement leur partition jugeant certaines pratiques ou conseils contraire à leurs préceptes.

Suggestions et perspectives

Toutes ces stratégies sont en partie efficaces dans le souci de toujours ramener les jeunes sur le bon chemin, mais nous avons la ferme conviction que la solution adaptée est l’éducation, surtout celle inculquée par les parents et par extension la société. Les parents doivent revenir aux fondamentaux et établir une communication franche et sincère avec les jeunes, créer un climat favorable aux échanges sur les sujets comme la sexualité, les IST/MST, la contraception et les autres maux qui minent notre jeunesse. On dit que « l’enfant est le père de l’homme » pour dire que tout ce qu’on lui dira, fera ou donnera tout au long de son enfance et son adolescence déterminera l’Homme qu’il sera demain. Cela prouve l’importance et l’impact des valeurs que peuvent procurer une éducation parentale. Les parents se doivent d’être des modèles pour leurs enfants sur tous les plans. Pour ce qui est de l’Etat, nous pensons qu’il faut améliorer le suivi-évaluation des différents projets axés sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes afin de mieux les adapter aux réalités du moment. Il faudra aussi songer à augmenter le budget consacré aux campagnes de sensibilisation surtout dans le milieu rural où il reste beaucoup à faire. A cela nous voulons aussi ajouter que sur le plan scolaire et académique il faudrait un retour de l’Education Civique et Morale dans les programmes scolaires pour une formation intégrale de ces jeunes gens. Le Conseil Supérieur de la Communication devrait aussi contrôler le contenu des programmes télé afin de préserver notre jeunesse d’images aux effets néfastes. Il faut aussi mieux promouvoir les centres d’écoute pour jeunes et assurer une meilleure répartition de ces centres, et aussi les doter de moyens assurant un meilleur fonctionnement.

En conclusion…

Notre jeunesse est notre principale richesse, elle est source d’espoir et d’un meilleur lendemain. Elle est assimilable à un plant mis en terre, qui a besoin d’eau, de nutriments et de soleil pour grandir. L’eau et les nutriments sont assimilables à l’éducation, les valeurs, les conseils et sensibilisations inculqués aux jeunes et le soleil, le contrôle et la protection des parents et de l’Etat. En somme, il est impératif de préserver notre jeunesse de tout ce qui est déviance, de leur donner toutes les valeurs nécessaires pour les empêcher de tomber dans le vice. Il y va de l’avenir de notre pays et même de notre continent, de ce fait cela doit être l’affaire de tous.

Par Jean Franck OUEDRAOGO

Mandela Washington Fellow, for Young African Leaders — Civic engagement — Development Cooperation, Economist, Project Management skills, Free learner

Mandela Washington Fellow, for Young African Leaders — Civic engagement — Development Cooperation, Economist, Project Management skills, Free learner