Effets de l’insécurité sur l’Education au Burkina Faso : des milliers d’élèves déplacés internes

Le Burkina Faso est depuis quelques années la cible de nombreuses actes terroristes. Ces vagues d’attaques à n’en point finir ont un effet considérable sur les populations. En effet, du fait de l’insécurité que cette situation a pu engendrer, elles sont obligées, pour sauver leur vie, de fuir leurs localités respectives et donc d’épouser une nouvelle vie dont le statut est celui de « déplacés internes ». Parmi ces déplacés, figurent de nombreux écoliers, collégiens et lycéens.

Les années antérieures, les attaques se faisaient de manière sporadique, avec moins de dégâts collatéraux ; le nombres d’écoles fermées en son temps était peu criard, et l’on arrivait tant bien que mal a dispensé les cours jusqu’à organiser des sessions spéciales du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC) et du Baccalauréat (BAC). On se disait que cette situation n’avait pas de chance de perdurer, et qu’une solution serait trouvée au plus vite. Malheureusement, plus les années se succèdent, plus la situation empire. Les régions à risques se multiplient, les conséquences qui en résultent sont davantage importantes.

A l’occasion de la reprise du traditionnel point de presse du gouvernement, le 19 septembre 2019, le ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), le Pr Stanislas Ouaro, face aux journalistes, est revenu sur les conséquences de cette situation d’insécurité en ce qui concerne son champ d’action, notamment sur le nombre d’écoles fermées et d’élèves déplacés internes.

A en croire le ministre, à la date du 19 juin 2019, il y avait au total 2344 écoles primaires qui ont été fermées temporairement au moins une fois pour raison d’insécurité, même si quelques-unes ont pu rouvrir avant la fin de l’année scolaire. L’insécurité a affecté 296 757 élèves répartis dans la région de l’Est, du Centre-Est, du Centre-Nord, du Nord, de la Boucle du Mouhoun et du Sahel (Source : Burkina24)

Concernant les établissements post-primaires et secondaires, 192 ont été fermés temporairement ne serait-ce qu’une fois pour raison d’insécurité. Cela a affecté 42 720 élèves qui sont répartis dans la région de l’Est, du Centre-Est, du Centre-Nord, du Nord, de la boucle du Mouhoun et du Sahel.

Des données du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR) rappelées à l’occasion de ce point de presse, l’on dénombre 9 514 élèves soit 591 du primaire, 6860 du post -primaire et 2 063 du secondaire dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Nord et du Sahel. L’insécurité et les conflits communautaires ont occasionné des milliers de déplacés internes. Les populations qui ont fui ont trouvé refuge dans 96 écoles. Alors que nous sommes en plein dans la rentrée scolaire 2019–2020.

Afin d’apporter un tant soit peu une réponse à cette situation, des mesures ont été prises du côté du gouvernement. Il s’agit d’affectations spéciales du corps enseignant. En clair, pour cette rentrée scolaire 2019–2020, le gouvernement a pris un décret dans le but d’autoriser des affectations pour nécessité de service à titre exceptionnel. C’est ainsi qu’au niveau du préscolaire et du primaire, 10 079 enseignants et 419 agents de bureaux ont changé de postes d’affectation. De ces derniers, 879 enseignants du primaire issus d’établissements fermés du fait d’attaques terroristes ont été mis à la disposition du ministère pour affectation dans d’autres régions. 876 enseignants du Sahel et 3 de la région de l’Est sont concernés.

Au titre du post-primaire et du secondaire, ils sont en tout 1 338 professeurs et 2 personnels d’administration et de gestion qui sont appelés à changer de postes d’affectation, soit à l’intérieur d’une province (1002 professeurs), soit d’une province à l’autre (153 professeurs) ou d’une région à l’autre (185 professeurs).

Marcus G. J. Kouaman

--

--

Mandela Washington Fellow, for Young African Leaders — Civic engagement — Development Cooperation, Economist, Project Management skills, Free learner

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Achille Sawadogo

Achille Sawadogo

Mandela Washington Fellow, for Young African Leaders — Civic engagement — Development Cooperation, Economist, Project Management skills, Free learner