Burkina Faso: La situation humanitaire inquiète

Selon le dernier rapport du bureau de la coordination des affaires humanitaires du secrétariat des nations unies (BCAH ou OCHA), ce sont plus de deux millions de personnes qui ont besoin d’une assistance humanitaire au Burkina Faso, à cause des attaques armées que connait le pays depuis 2015.

En janvier 2020, ce sont plus de 614 000 personnes qui ont été contraintes à fuir leurs localités pour d’autres destinations qu’elles estiment être mieux sécurisées. Ainsi, ce flux des populations a pour conséquence une grave crise humanitaire. Toujours selon ce rapport, ce sont 318 000 élèves qui ont été privés de l’accès à l’éducation, du fait de la fermeture de 2 410 écoles, en raison de l’insécurité.

A ce jour, estime OCHA, 56% des personnes déplacées sont sans abris ou n’ont pas un abri adéquat. En janvier dernier, l’exacerbation des violences vis-à-vis des populations civiles, principalement dans le Soum, le Sanmatenga, le Seno et le Sourou, a créé de nouveaux déplacements des populations.

Le nombre de personnes ayant besoin d’assistance est donc passé de 1,5 millions en décembre 2019, à 2,2 millions en janvier 2020. Selon l’aperçu des besoins humanitaires, en 2020, 948 000 personnes ont besoin de protection et 1,5 millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire en matière de santé.

En cette année, selon les estimations de OCHA, 312 millions de dollars américains seront nécessaires pour apporter une assistance multisectorielle d’urgence à 1,8 millions de personnes ciblées par la communauté humanitaire.

Cette situation humanitaire est plus qu’inquiétante pour le pays qui peine toujours à trouver la bonne formule pour booter le terrorisme hors de ses frontières. Et « si rien n’est fait », comme l’avait alerté la ministre en charge de l’action humanitaire, Laurence Marshall/Ilboudo, la situation risque de s’empirer parce que les attaques se multiplient de jour en jour et la situation humanitaire s’exaspère, suivant l’évolution triste de la situation sécuritaire.

Mandela Washington Fellow, for Young African Leaders — Civic engagement — Development Cooperation, Economist, Project Management skills, Free learner

Mandela Washington Fellow, for Young African Leaders — Civic engagement — Development Cooperation, Economist, Project Management skills, Free learner